0

Stéréotypes de criminalité et préjugés raciaux

Cash «a emporté des effets qui ne sont pas à elle»

Il est dit dans l’avis de recherche que Cash aurait emporté avec elle de nombreux effets et vêtements ne lui appartenant pas. Cette mention fait écho aux persistantes accusations de vol et aux stéréotypes de criminalité encore souvent associés aujourd’hui aux personnes afro-descendantes.

Dans les maisons bourgeoises, les domestiques, très souvent racisés, étaient aussi couramment soupçonnés ou accusés de vol par leurs maîtres. Dans l’histoire québécoise et canadienne, on peut retracer une foule d’incidents criminels (vols, viols, meurtres, incendies) ayant été attribués faussement ou sommairement à des personnes noires, autochtones ou racisées. Celles-ci faisaient des coupables toutes désignées, étant donné leur exclusion sociale.

De nombreux procès bâclés ont eu lieu au Québec et au Canada, condamnant des personnes innocentes sur la base de préjugés raciaux. Malgré l’existence des droits de la personne, de telles erreurs judiciaires sont encore susceptibles de se produire, les préjugés raciaux étant toujours présents dans notre société.

Les droits judiciaires

Bien que les préjugés soient encore à l’origine de gestes et propos discriminatoires et de profilage racial, toute personne se voit garantir le droit la représentation judiciaire et à un procès qui ne soit pas préjugé. Ce sont là quelques-uns des droits judiciaires qui garantissent l’égalité de toute personne devant la justice, indépendamment de la couleur de peau.

Profilage racial

Néanmoins, les personnes racisées sont encore aujourd’hui régulièrement soupçonnées de criminalité et de délinquance sur la base des préjugés associés à la couleur de leur peau.

Le profilage racial dont elles sont encore susceptibles d’être victimes en dépit de la protection du droit à l’égalité prévu dans la Charte québécoise démontre la persistance des préjugés raciaux, tant de la part des personnes en autorité que des citoyens qui sollicitent leur intervention.