10

JACOB

Jacob est annoncé le 20 août 1778 dans la Gazette de Québec. Appartenant au tavernier Miles Prentice, il est décrit comme étant bien fait et très actif, 5 pieds 5 pouces de haut et ne parlant peu ou point français.

On mentionne aussi qu’il est mulâtre. Ce terme, issu du portugais mulatto (mulet) servait à désigner les enfants issus d’une personne noire et d’une personne blanche à l’époque où les gens étaient traités comme du bétail.

Un métissage forcé

La présence d’esclaves métis, que ça soit ici ou ailleurs dans le monde atlantique, illustre de manière très concrète les sévices sexuels subis par les femmes asservies. Dû à la dynamique de pouvoir liant l’esclave au maître, il n’y avait ainsi pas de consentement possible dans le cadre de l’esclavage.

Les enfants qui naissaient de ces violences suivaient toujours le statut de leur mère: si celle-ci était esclave, l’enfant l’était aussi. Sur les 13 personnes illustrées dans l’exposition Fugitifs! au moins cinq d’entre elles sont désignées comme étant métissées: Bell, Jacob, André, Lydia et Jane.

Nous connaissons très peu de choses à propos de Jacob, mais nous savons que Miles Prentice a possédé au moins 5 esclaves. Il avait acheté un homme et une femme au gouverneur James Murray dans les années 1760.

En 1769, il tente de vendre la femme, son fils métis de 9 mois et un homme de 23 ans à l’encan. La femme est qualifiée comme étant une bonne domestique, gérant bien le lait et faisant du beurre à la perfection. On dit de l’homme qu’il est un bon domestique, comprend bien le travail de valet et a fière allure en livrée (l’habit domestique).

Dans une annonce subséquente, Prentice vante ses talents de cuisinier. En 1773, un jeune esclave de 11 ans est recensé comme habitant chez lui. En 1786, son esclave George Williams, 63 ans, est baptisé à l’Hôpital-général.

Jacob serait-il l’enfant de 11 ans recensé chez Miles Prentice en 1773? Quand il se sauve, soit 5 ans plus tard, son âge est estimé à 18 ans et le jeune homme recensé aurait eu environ 16 ans à ce moment. Compte tenu du fait que l’âge d’un esclave est toujours approximatif, il est possible que ce soit la même personne.

D’où vient le terme mulâtre?

Des mules, en faisant référence aux bêtes de sommeDu portugais mulatto, qui veut dire mulet

Pour aller plus loin

De l’esclavage aux droits

Illustré par

Retour à l'accueilRetour à l'exposition